Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 novembre 2013 5 01 /11 /novembre /2013 16:26

Rhone.jpgQuand on n’a plus rien de neuf sous la main, on prend un livre oublié dans la bibliothèque en se disant que c’est l’occasion de lire un classique. Parfois la magie opère. Parfois la déception est au rendez-vous…

L’action se situe à une époque lointaine pour nos contemporains (entendez autour des années 50…). Quand le Rhône était un fleuve sauvage à peine aménagé avec sur ses rives des personnages hors du temps, sortes de fossiles amoureux de son cours majestueux mais souvent impétueux.

Le vieux passeur, les braconniers pêcheurs et Gilbert, le peintre en exil, sont les personnages de cette aventure nostalgique. De grands travaux d’aménagement s’engagent sur les rives du fleuve et laissent deviner la fin d’une époque…

Clavel fait du Rhône son personnage principal et il en brosse des tableaux magnifiques mais parfois ennuyeux par son obstination à ressasser son amour bucolique au point de négliger les petites aventures humaines qui émaillent son récit. On reste spectateur sans jamais pouvoir prendre parti. Les descriptions sont longues et le propos bien mince. L’intérêt ne parvient pas à se contenter de quelques belles phrases dont on pourrait pourtant envier les qualités stylistiques.

Le roman de Clavel a certainement mal vieilli. Ecrit un peu à la manière d’un Giono ou d’un Gide, il n’a pas gagné en épaisseur avec le temps, contrairement aux ouvrages de ces auteurs… C’est certainement la raison pour laquelle il ne les égale pas, de mon point de vue. Les personnages sont devenus des fantômes disparaissant peu à peu dans la nuit du temps. Ce qui aurait dû être puissant et leur assurer l’éternité ne reste qu’anecdotique…

Restent quelques bons mots, comme celui-ci : « Il faudrait que les hommes, en plus de leur intelligence, aient la bonté. Et pour l’avoir il suffirait qu’ils laissent en eux une plus grande place au rêve »

C’est avec regret que j’ai refermé ce livre. Il m’a privé de cette certitude de trouver en Clavel une matière inaltérable, un modèle d’écriture, un mètre-étalon pour mes lectures à venir. Pardon Monsieur Clavel d’être si dur avec vous, mais mon propos se mesure à l’aune de ma déconvenue…

MichelANgelo 2013

Partager cet article

Repost 0
Published by MichelAngelo - dans Romans
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : J'aime Lire et Ecrire
  • J'aime Lire et Ecrire
  • : Mes lectures et mon goût pour l'écriture en général. Mes nouvelles personnelles. Mes réflexions
  • Contact