Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 décembre 2013 2 03 /12 /décembre /2013 14:09

cvt_La-Chute_2888.jpegJean Baptiste Clamence est un bourgeois qui s’aime et pratique l’altruisme non par générosité mais pour recevoir l’estime de tous. Avocat de métier, il montre une forme de cynisme qu’il peut développer dans ses plaidoiries. Sûr de lui, de ce qu’il montre à voir, il en viendra pourtant à s’effondrer littéralement lorsqu’un fait terrible va gangréner sa pensée bien huilée… Une jeune fille se moie dans la Seine en se jetant d’un pont alors que lui, témoin de la scène, va suivre son chemin.   A partir de ce moment, rongé par le remords, il va faire « l’état des lieux » et porter sur lui-même et l’humanité un regard différent et terriblement dérangeant. Il laisse derrière lui sa brillante carrière pour atterrir à Amsterdam, dans un café miteux du port où il se décrètera juge-pénitent !

Ce  long et faux dialogue avec un interlocuteur silencieux mais que l’on devine très attentif permet à Clamence de « vider son sac », d’avouer ses fautes sans en attendre la moindre absolution. Car nous en sommes tous là : fragiles et désespérés, victimes et coupables à la fois. Cette vision est cruellement vérifiable, selon Clamence. L’homme doit accepter autant sa face sombre que sa face lumineuse.

Le style de Camus est vif, riche et complexe à la fois. Il fait parler un avocat qui, métier oblige, manie la langue avec dextérité… C’est un régal de bons mots et de phrases justes qui nous dégustons avec autant de bonheur que de malaise à l’encontre d’un discours qui nous prend aux tripes, tant il est puissant, authentique et porteur de vérités pas toujours bonnes à entendre, alors que nous vivons dans le petit confort que nous avons construit autour de nous, pétri de certitudes et de pensées complaisantes à notre propre égard.

Camus est un éveilleur de conscience, des consciences ! En cela, il reste irremplaçable.

 

« Sans doute, je faisais mine, parfois, de prendre la vie au sérieux. Mais, bien vite, la frivolité du sérieux lui-même m’apparaissait et je continuais seulement de jouer mon rôle, aussi bien que je pouvais. Je jouais à être efficace, intelligent, vertueux, civique, indigné, indulgent, solidaire, édifiant… Bref, je m’arrête, vous avez compris que j’étais comme ces hollandais qui sont là sans y être : j’étais absent au moment où je tenais le plus de place. »

 

MicheANgelo 2013

 

Partager cet article

Repost 0
Published by MichelAngelo - dans Romans
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : J'aime Lire et Ecrire
  • J'aime Lire et Ecrire
  • : Mes lectures et mon goût pour l'écriture en général. Mes nouvelles personnelles. Mes réflexions
  • Contact