Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 18:07

Célébrations de Michel Tournier

Pour moi, Michel Tournier, fut un choc littéraire avec son roman phare intitulé Vendredi ou les limbes du Pacifique (Grand prix du roman de l’Académie française).

Dans ce livre, il passe au crible de la psychologie son personnage principal, Robinson Crusoë et décrit  la solitude comme un monde effrayant et pourtant chargé de sensualité et d’amour.

Célébrations n’est pas un roman. C’est le fruit mûr d’un auteur d’une extrême maturité et toujours lucide qui pose un regard émerveillé sur sa vie, ses rencontres, le monde qui l’entoure.

Célébrations est un recueil de quatre-vingt-cinq petits textes regroupés par thèmes : le nature, les corps, les lieux, les saisons et les saints, les images, les personnes.

Au fil des pages, on découvre un homme d’une grande simplicité, curieux de ces petites choses qui remplissent la vie sans que le commun des mortels les aperçoive ou alors de façon très fugitive : les mauvaises herbes, l’utilité du cheval, l’importance du lait, le rôle du serpent, la perfection du genou, le merle qui sautille dans le jardin à la recherche de vers… Il y a indéniablement du Jean-Jacques Rousseau dans cette quête.

Il note l’importance de certains lieux, de coïncidences remarquables ou terrifiantes, comme ce 6 août, fête de la transfiguration du Christ, mais aussi de la bombe atomique sur Hiroshima.

Il démontre comment chaque chose, chaque événement, chaque personnage peut revêtir en même temps un côté positif et un aspect négatif. Ainsi, le diable est n’est autre qu’un ange déchu, l’argent fait rêver par son côté libérateur mais aliène également celui qui en détient, la télévision rend célèbre mais aspire en vous ce qu’il y a de meilleur : vous-même !

Il évoque avec respect une pléiade de célébrités croisées au cours de sa vie tels Léo Ferré, Zizi Jeanmaire, Jean Renoir, Edouard Boubat, François et Noëlle Châtelet, Gilles Deleuze, Marguerite Duras…

Il parle de ceux qu’il n’a pas connu mais admire : Dürer et Jean-Sébastien Bach - certainement en raison de sa culture allemande -, Léonard de Vinci pour le foisonnement de son esprit curieux et son œuvre artistique ( j’aurais préféré qu’il mise plutôt sur Michel Ange dont l’œuvre ne se résume pas à une dizaine de  tableaux et dont l’esprit inventif  me paraît supérieur…).

Au total, par petites touches successives, il accompagne le lecteur jusqu’à la dernière page où il révèle combien la vie est faite de ceux qui nous entourent et dont le départ pour l’autre monde emmène des pans entiers de ce qui fut notre jeunesse.

Michel Tournier fait partie de ma vie, mieux le connaître grâce à Célébrations le fait entrer dans mon intimité par la magie de la connivence qui naît entre deux êtres qui se parlent longuement à voix basse. En effet, il ne fait aucun doute que son texte s’adresse au lecteur et qu’il attend des réponses de lui. C’est là ce qui différencie un bon livre d’un mauvais !

En forme de conclusion, je ne résiste pas au plaisir de citer Michel Tournier dans sa préface : «  Celui qui n’est pas capable d’admiration est un misérable. »

Michel Ange, mars 2004

Partager cet article

Repost 0
Published by MichelAngelo - dans Philosophie
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : J'aime Lire et Ecrire
  • J'aime Lire et Ecrire
  • : Mes lectures et mon goût pour l'écriture en général. Mes nouvelles personnelles. Mes réflexions
  • Contact