Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2016 4 24 /03 /mars /2016 18:26
D’autres vies que la mienne d’Emmanuel Carrère

Ce livre n’est pas, à proprement parler, un roman. Emmanuel Carrère a pour habitude de mêler étroitement vie réelle, faits divers et fiction (La classe de neige, L’adversaire). La fiction sert avant tout à la mise en forme du projet, à rendre l’ensemble cohérent, à transcender ce qui appartient au quotidien ou à l’ordinaire. Emmanuel Carrère est un habilleur, un tailleur virtuose qui rend le sordide et le pathétique sublimes par son acte d’écriture. C’est un créateur inspiré et extrêmement habile. Son style, fait de simplicité et de sensibilité ne laisse pas indifférent. Il sait parler aux gens et les faire se livrer, intimement.

Il en est de même avec la qualité de son travail de recherche préalable à l’écriture. Il sait de quoi il parle, car il a fait sien l’ensemble des éléments du dossier et interrogé tous les protagonistes de l’histoire, avec tact et respect.

Dans ce livre, il évoque la mort sous deux aspects. Le décès d’une fillette au Sri Lanka, victime du tsunami de 2004, puis la mort annoncée d’une jeune femme victime d’un cancer foudroyant. Ce rapport à la mort est un thème récurrent chez Emmanuel Carrère. Sa croyance en Dieu et ses propres interrogations l’y amènent naturellement, sans voyeurisme ou pathos inutile (lire sur le sujet son remarquable essai ‘Le Royaume’).

Hasard sordide ou volonté de l’écrivain, toutes deux se prénomment Juliette…Emmanuel Carrère va croiser le destin de ces deux personnes et, à ce titre, va relater ces évènements avec l’aide des familles concernées.

Ses conversations avec les parents et le grand-père de la petite Juliette sont émouvantes, de même que sont poignants les entretiens avec le mari et les parents de la grande Juliette. Je dois également parler d’Etienne, le collègue de Juliette qui entretenait une relation d’amitié profonde avec elle, cette relation permettant de transcender, de mettre en perspective la relation simple et affligeante de la maladie qui dévaste tout sur son passage.

Emmanuel Carrère nous offre une belle réflexion sur la vie, la mort, le sentiment d’avoir vécu pleinement une vie ou pas, le deuil et ce qui attend les proches une fois qu’on a disparu. Tout cela se mêle pour nourrir notre propre réflexion sur ces thèmes trop souvent galvaudés ou caricaturés. Cela se fait en douceur, avec onctuosité mais n’empêche pas les larmes du lecteur sensible et réceptif que je crois être.

Michelangelo 2016

Partager cet article

Repost 0
Published by MichelAngelo - dans Romans
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : J'aime Lire et Ecrire
  • J'aime Lire et Ecrire
  • : Mes lectures et mon goût pour l'écriture en général. Mes nouvelles personnelles. Mes réflexions
  • Contact