Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 10:02
La soupe à la fourchette de Jean Anglade

Zénaïde est une petite marseillaise placée dans une ferme du cantal par sa famille pendant la seconde guerre mondiale. La pénurie de vivres est telle en ville que cette échappatoire est encouragée par les autorités.

Zénaïde se trouve confrontée à un choc culturel et c’est l’occasion pour l’auteur de magnifier cette vie rurale auvergnate qui lui est chère… On y apprend maintes traditions locales, autant sociales que culinaires. Ainsi, la soupe à la fourchette n’est autre qu’une recette typique du Cantal. Zénaïde va apprendre la vie de la ferme, s’habituer aux goûts délicieux des produits locaux (fromages, saucissons, viandes, plats cuisinés). Elle va garder les vaches et découvrir ce qui ressemble fort à une première relation amoureuse avec Adrien, de deux ans son aîné. Adrien va devenir rapidement celui qui va l’initier aux mystères de la vie dans la campagne cantalienne mais aussi son protecteur dans l’univers forcément un peu fermé de ce village replié sur lui-même, loin de la fureur de la guerre.

Jean Anglade est un excellent conteur au style alerte quoique parfois un peu empesé et il nous entraîne sur les chemins qu’il magnifie, sa belle Auvergne. Tel un historien attentif à préserver une culture en voie de disparition, il s’applique à faire vivre devant le lecteur des pratiques ancestrales et n’hésite pas à mêler le patois au français dans ses dialogues forts imagés. C’est certainement ce qui plait chez cet écrivain qui réveille en nous une forme de nostalgie pour un passé perdu ou en passe de l’être.

Malheureusement, il m’a semblé que ce travail d’ethnologie l’emportait sur la trame romanesque qui passe au second plan pour n’être qu’un prétexte à la reconstitution « historique ». J’en veux pour preuve une seconde partie traitée en accéléré pour aboutir à une fin boiteuse qui laissera le lecteur sur sa faim et dont le seul objectif est de terminer l’exposé.

J’ai l’occasion de côtoyer régulièrement un natif de l’Auvergne, Michel, qui est lui aussi amoureux de sa région et j’ai eu récemment l’occasion de faire un petit séjour cycliste dans une partie reculée du Cantal qui m’a ravi. Les propos de Jean Anglade confortent chez moi l’idée que l’Auvergne est une magnifique région un peu délaissée avec une richesse culturelle indéniable.

Jean Anglade est l’heureux porteur de voix de son beau pays et se trouve malheureusement affublé du titre un peu péjoratif dans l’édition parisienne d’écrivain du terroir. Mais n’est pas écrivain du terroir qui veut ! Jean Anglade, lui, est un grand, taillé à l’image des volcans de son Auvergne natale.

Michelangelo 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by MichelAngelo - dans Romans
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : J'aime Lire et Ecrire
  • J'aime Lire et Ecrire
  • : Mes lectures et mon goût pour l'écriture en général. Mes nouvelles personnelles. Mes réflexions
  • Contact