Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 février 2015 5 20 /02 /février /2015 11:58
N'oublier jamais de Michel Bussi

Les lieux : Yport, Étretat et les communes avoisinantes, parfaitement décrites.

Les personnages : Jamel, coureur de fond handisport ; Piroz, gendarme têtu et un peu alcoolique ; Mona, petite rousse espiègle et amoureuse de Jamel dès le premier regard ; Océane, magnifique et maléfique… mais bien d’autres encore, hauts en couleurs et délicieusement croqués par la plume de Michel Bussi.

Les victimes présumées d’un tueur en série : Myrtille fiancée à Fred Saint-Michel, Morgane sœur jumelle d’Océane, Magali qu’on voit s’élancer du haut de la falaise d’Yport dès le début du roman.

Tout est en place pour développer une intrigue dont Michel Bussi va tirer les fils en établissant un calendrier des faits implacable qui va tenir le lecteur en haleine presque jusqu’à la fin du roman. Il n’y a qu’à suivre l’écharpe rouge…

Une fois de plus, Michel Bussi utilise tous les moyens pour nous mener sur de fausses pistes, pour nous montrer combien ce qui paraît évident peut rapidement devenir impossible ou juste rêvé ou imaginé. C’est sa marque de fabrique. Et c’est ce qui rend son écriture romanesque sans équivalent dans le monde du thriller à la française et que ses lecteurs, dont je fais partie, adorent.

Néanmoins, pour ajouter un bémol à ce qui pourrait paraître une critique dithyrambique, Michel Bussi pousse parfois le bouchon tellement loin que son lecteur habituel pourra penser qu’il exagère les situations.

Ce roman n’échappe pas à la règle. Les derniers chapitres ne servent qu’à rendre totalement crédibles l’ensemble, colmatant de-ci de-là tout ce qui aurait pu paraître invraisemblable. Il bétonne et en bétonnant, l’histoire perd de son charme. Je crois que Michel Bussi gagnerait à en faire peut-être un peu moins dans les tours de magie et de passe-passe. Il éviterait ainsi au lecteur de percevoir les ficelles parfois un peu grosses tirées par l’écrivain et de tomber dans l’ennui paradoxal d’avoir le sentiment d’avoir déjà lu cela dans un roman précédant… Et pourrait, en même temps, peut-être se pencher un peu plus sur le style et la psychologie des personnages qui restent assez ordinaires.

Michelangelo 2015

Partager cet article

Repost 0
Published by MichelAngelo - dans Romans
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : J'aime Lire et Ecrire
  • J'aime Lire et Ecrire
  • : Mes lectures et mon goût pour l'écriture en général. Mes nouvelles personnelles. Mes réflexions
  • Contact